Interdiction de l’affichage « sauvage » dans des villes, une pénalité à deux vitesses

affiches JUD2

Jeunes UDC. Liste #1 au Conseil national. Liste #9 au Conseil des Etats.

A l’approche des élections fédérales, plusieurs communes ont annoncé qu’elles interdisaient l’affichage en dehors des panneaux prévus à cet effet. Cette manière de faire est critiquable pour plusieurs raisons. Et n’est pas appliquée de la même manière pour tous.

Lutry, Gland, Ecublens… ces communes ont le point commun d’interdire l’affichage « sauvage ». Comprenez les affiches posées sur les lampadaires ou dans les rues. Ainsi, il est souvent nécessaire de se rabattre sur les emplacements privés et payants mis à disposition.

Le premier problème est le manque de visibilité pour les candidats qui n’investissent que peu d’argent dans leur campagne. En effet, dans plusieurs villes et villages, le seul moyen pour se faire connaître est d’utiliser les emplacements SGA, coûteux et très demandés en cette période. Une entrave claire à l’engagement des candidats de classes modestes, et en particulier de ceux qui figurent sur des listes « Jeunes ». Une vaudoiserie, en somme.

affiche soc 1024

Photo publiée par le candidat UDC Cédric Weissert

L’autre question qui se pose est celle de la « motivation » des communes à appliquer leurs règlements. On nous signale ainsi que, dans une localité de la Côté, des affiches bleues ou oranges ont pu rester plusieurs semaines en place. Par contre, lorsque quelques publications des Jeunes UDC sont arrivées, il n’a fallu que peu de jours pour que l’ordre soit donné de les retirer, sous peine d’arrachage facturé par les autorités…

Autre lieu, autres méthodes. Dans l’Ouest lausannois, des affiches UDC ont été enlevées moins de 24 heures après avoir été posées. Comme le démontre la photo ci-contre, certaines autres listes électorales n’ont pas eu droit au même privilège…

En tant que président des Jeunes UDC Vaud, candidat sur la liste du même nom, je m’oppose fermement à ces manières de faire. Je soutiens une plus grande liberté dans le choix des emplacements publicitaires, afin que les candidats les plus modestes ne soient pas relégués aux routes cantonales alentours. De même, dans le cas où une commune maintient son interdiction d’affichage (ce qui est son droit que je respecte), je leur demande d’avoir au moins la décence d’assumer ses choix et de procéder au retrait des affiches équitablement, outre les clivages politiques et les intérêts électoraux.

Les exemples cités me sont parvenus de la part de citoyens habitants dans les communes en question. Il y a bien d’autres cas dans diverses localités du canton, nous prouvant qu’une certaines partialité dans l’interdiction de l’affichage est malheureusement encore bien réelle dans notre belle démocratie vaudoise. 

Publicités

A propos Yohan Ziehli

Président JUDC Vaud, Conseiller communal à La Tour-de-Peilz
Cet article, publié dans Elections, Liberté d'expression, Vaud, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s