NON, les Jeunes UDC ne veulent pas dénoncer les « profs gauchistes »

Capture d’écran 2014-09-01 à 20.56.51Les Jeunes UDC ont mis en place une plateforme nommée « écoles libres » afin de faire connaître les abus manifestes commis durant l’enseignement obligatoire et supérieur. Certains journaux ont repris l’affirmation, assurant que les Jeunes UDC voulaient dénoncer les profs de gauche, et ont entrainé des commentaires violents, critiquant une prétendue chasse aux sorcières, une situation inacceptable pour les enseignants ou encore un retour à la politique des années 1930.

Mais qu’en est-il réellement? Qu’en est-il de ce système de dénonciation?

L’enseignement scolaire doit rester aussi neutre que possible

La liberté d’opinion est une valeur chère à l’UDC. Nous n’oserions jamais nous y attaquer. Tout le monde y a droit, y compris les professeurs d’école. Cependant, l’école doit rester indépendante. Il incombe à ses représentants de dispenser des cours aussi neutres que possibles, se concentrant sur la transmission du savoir et la formation d’un esprit critique chez les jeunes. 

Le projet des Jeunes UDC ne remet pas ces valeurs en cause! Les cours de citoyenneté doivent perdurer, les débats politiques en classe également, et les professeurs ne doivent pas avoir peur à tout instant d’être « dénoncé ». Ce n’est pas ce que propose la plateforme « écoles libres ». 

Cette plateforme s’attaque aux abus manifestes. Les cas relevés concernent des situation inacceptables, telles que des cours d’histoire de la Seconde Guerre Mondiale où l’UDC aurait été assimilée au parti nazi, des manques de bonne foi évidents visant à convaincre des élèves de la véracité d’une idée politique ou encore la présence d’un portait de Lénine en salle de classes. Il s’agit là d’exemples réels qui ne doivent pas continuer: les faire connaître est un moyen certain de les faire cesser.

Les enseignants ne sont pas attaqués

Contrairement à ce qui a été dit, l’UDC ne prétend pas que « tous les profs sont gauchistes », que « l’école est un repaire de communistes » ou encore qu’il faudrait limiter la liberté d’opinion d’enseignants. Ces commentaires assimilant l’action des Jeunes UDC à une véritable chasse aux sorcières sont infondés. 

Ce ne sont pas les professeurs qui seront mentionnés sur la page internet, mais des cas d’abus. Ainsi, c’est les situations qui sont attaquées, et non-pas les personnes. Le tout étant, bien évidemment, rendu complètement anonyme, et la plateforme étant ouverte tant pour les cas de propagande de gauche que de droite.

La grande majorité des enseignants n’est pas même concernée par cette action. Elle vise les cas extrêmes que l’on ne peut pas soutenir. 

Qu’est-ce que « écoles libres » peut amener?

Concrètement, la plateforme de l’UDC permettra, pour les cas grave, une prise de contact avec les personnes responsable et la création d’un dialogue visant à clarifier les faits et éviter qu’ils ne se reproduisent. 

Contrairement à l’idée de la délation véhiculée par des politiciens durant ces dernières heures, il ne s’agit pas de punir des gens ou d’écarter des opposants, mais de rentre possible une discussion entre les acteurs, de faire connaître des situations qui nuisent à notre système scolaire et de mettre un place un système d’écoute de la part d’élèves lésés désirant suivre des cours objectifs.

Une indignation à deux vitesses

Lorsqu’un enseignant chrétien raconte ses convictions à ses élèves, les réactions négatives ne se font pas attendre. Certains politiciens n’hésitent pas, à ce sujet, à dénoncer les cas publiquement et à se battre pour la neutralité confessionnelle des écoles. Ce combat est aussi visible pour ce qui est de la présence ou non de crucifix dans les écoles. 

Pourquoi donc les mêmes personnes s’indignent-elles quand on s’attaque à la présence d’un portrait de Lénine dans une salle de classe? Quand des jeunes aux idées conservatrices sont agressés sous prétexte que leur parti serait proche du NSDAP, selon des cours d’histoire? Quand un enseignant recommande ouvertement et avec insistance à ses élèves majeurs de voter pour ou contre certains projets, et donne des mots d’ordres clairs avant les votations?

Ces cas malheureusement bien réels sont des abus qui doivent pouvoir être connus et résolus. Il en va de la crédibilité de notre école. Et cela doit être possible dans le respect de la grande majorité d’enseignants qui pratique honnêtement ce métier, transmettant le savoir aux élèves de manière objective sans pour autant trahir ses opinions propres. 

Un projet équilibré et proportionné

Au vu de ce qui précède, la proposition des Jeunes UDC n’est pas extrême et n’attaque pas directement les enseignants. Tout en laissant à  chacun le droit à ses opinions et le droit de mener son cours librement, elle amène un contrôle contre les dérives personnelles de quelques individus.  De plus, aucune sanction n’est prévue, mais simplement la possibilité de prendre contact, par courrier notamment, afin de régler les différends à l’amiable. 

Il va donc sans dire que les attaques frontales subies par les Jeunes UDC aujourd’hui sont injustifiées. Tout en saluant le travail remarquable de la majorité des enseignants, je vous invite vous aussi à refuser des abus manifestes qui mettent en péril l’indépendance et le libre arbitre de centaines d’élèves de notre pays.

Publicités

A propos Yohan Ziehli

Président JUDC Vaud, Conseiller communal à La Tour-de-Peilz
Cet article, publié dans Liberté d'expression, Société, Suisse, Video - Radio, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour NON, les Jeunes UDC ne veulent pas dénoncer les « profs gauchistes »

  1. Louis Cifer dit :

    De quel droit constituez-vous des fiches de professeurs soi-disant « gauchisants »?
    Comment osez-vous « juger » une personne sur de mensongères dénonciations faites par des adolescents attardés UDC?
    Comment allez-vous contrôler les délires et mensonges « anti-gauchisants » de vos adhérents ?
    Comment allez-vous déterminer ce que vous nommez les « abus manifestes » ?
    Vous n’avez ni les compétences, ni les connaissances et encore moins le bagage intellectuel et culturel suffisant pour vous arroger le droit de « juger » des enseignants.
    Pour votre parti toutes les personnes qui ne se soumettent pas à sa ligne politique sont étiquetés « gauchistes », le simple fait de parler du rapport Bergier est considéré par vos idéologues comme de la propagande anti-suisse.
    Avant de vous permettre ce genre de niaiserie, apprenez à lire les livres (et pas seulement Mein Kampf, le Protocole des Sages de Sion, Les Carnets de Turner) plutôt que de les bruler… je vous suggère également d’apprendre l’humilité.
    Durant ma scolarité j’ai rarement vu de portrait de Lénine dans une salle de classe… vous mentez afin de vous justifier ; de plus comparer Lénine et le NSDAP me prouve que vous feriez mieux d’étudier l’histoire avant de vous arroger le droit de la « réviser »
    Le révisionnisme historique que vous pratiquez est un outil utiliser par les incultes et les racistes afin de se prouver qu’ils détiennent la vérité ; apprenez à réfléchir par vous-même et si vous êtes inadapté, la Suisse offre aux attardés des écoles taillées sur mesure.
    Pour terminer je souhaite que vous m’expliquiez les deux poids, deux mesures de votre parti ; d’un côté, et parce que vous êtes les larbins des patrons, vous ne voulez pas d’un climat de délation dans les entreprises, mais de l’autre vous mettez sur pied une vaste plateforme de délation pour les écoliers… allez comprendre…

  2. Yohan Ziehli dit :

    Je ne me rabaisserai pas au niveau de vos attaques basses et gratuites. Il faut cependant rétablir certains faits:
    – il n’y a pas de « fiches ». Tout est anonyme.
    – on n’attaque pas « tous les profs plus à gauche que l’UDC ». Ce ne sont que les abus qui sont visés.
    – personne ne veut juger les enseignants. Dans les cas graves, nous soutiendrons un élève afin de créer le dialogue.
    – on n’invente pas des cas pour faire marcher notre projet. Ce n’est pas parce que vous n’avez jamais vécu de telles situations qu’elles n’existent pas.
    – on ne compare pas le NSDAP et Lénine… On dit précisément qu’il est inacceptable que le plus grand parti du pays soit parfois comparé au NSDAP en cours, vu l’horreur causée par ce dernier.

    Pour ce qui est du reste, je vous ferai remarquer que vos propos insultants une ligne sur deux n’ajoutent rien à votre crédibilité. Songez-y.

    • AntiFa dit :

      Vous êtes des Staliniens qui, tout comme votre petit père des peuples, pensaient détenir la vérité; pour l’imposer vous êtes prêt comme dans la Chine de Mao, la Russie de Josef (pas le cocu, époux de Marie, celui à la grosse moustache) ou durant l’occupation en France, à faire de la délation un acte patriotique. C’est lâche et cela nous démontre que vous êtes des pleutres incapables de vous affirmer dans la dignité. Votre action me rappelle ces concierges, vrais français, qui dénoncez les propriétaires juifs de leur immeuble.

  3. Ping : Communiqué des " Jeunes UDC" . Ils rectifient : nous ne voulons pas dénoncer les prof gauchistes ! - Les Observateurs

  4. Diego Esteban dit :

    Monsieur Ziehli,

    Quelle était votre réaction lorsque vous avez lu dans la presse que le président de la JS appelait au « boycott du drapeau suisse »? Je veux bien croire que, tout comme dans son cas, la proposition des JUDC ait subi un traitement malhonnête de la part de la presse. Mais si vous parlez d’indignation sélective, sachez que les JUDC ne sont certainement pas nombreux à avoir remis en question la formulation choisie par les médias, concernant la proposition de préférer le drapeau de la paix au drapeau suisse le premier août, quand bien même elle était très inexacte.

    Comme dans le cas du président de la JS, j’ai une autre chose à reprocher aux JUDC: si votre but était simplement de faire une proposition innocente (et non-polémique), pourquoi avez-vous communiqué votre projet comme s’attaquant à une question de principe? Une stratégie de dénonciation efficace commence toujours par la mise en évidence d’un ou de plusieurs cas spécifiques qui justifient la démarche, mais vous parlez uniquement des principes sans prouver qu’ils seraient effectivement menacés.

    Si vous refusez toutes les critiques que vous énumérez dans votre article, il est impossible que vous soyez surpris qu’elles vous soient faites, vu la communication désastreuse dont vous faites preuve; vous dites que les JUDC ne s’attaquent pas aux profs « gauchistes »? Pourquoi les trois premiers exemples de « signalement » figurant sur votre site mentionnent uniquement des profs qui ont été un peu trop à gauche au goût de certain-e-s?

    Le principal problème avec ce projet est qu’il institue une sorte de contrôle, de surveillance de la neutralité des profs par les élèves. Je veux bien qu’il y ait des élèves honnêtes et diligents, mais – et c’est là que la critique de la chasse aux sorcières est pertinente – combien pensez-vous qu’il y aura de dénonciations de profs par des élèves qui veulent seulement se venger de leurs mauvaises notes? Et surtout, dans ces cas, pourquoi en référer aux JUDC, via ce site qui est entièrement dans les mains de votre section? Les JUDC ne sont titulaires d’aucune sorte de légitimité à piloter un contrôle de la sorte, ce serait très prétentieux.

    Vous avez certainement quelques exemples bien fondés de manipulation de la part de profs de gauche (et probablement aucun de la part de profs de droite), je le concède. Mais votre projet est maladroit et irresponsable: il est assuré d’avoir comme effet de détruire le climat nécessaire pour étudier dans de bonnes conditions, dès qu’un étudiant trop zèlé décidera de péter un câble.

    J’ai été dans la même classe qu’un type qui prônait l’extermination des homosexuels; on n’a pas vraiment d’autres exemples d’extermination d’homosexuels que celui des nazis: si un prof fait le rapprochement, devient-il un gauchiste qui censure les opinions conservatrices? Ce cas n’est pas irréaliste, tant l’absence de limites entre ce qui est un cas dénonçable et ce qui ne l’est pas caractérise votre projet.

    En espérant avoir clarifié la critique, je vous adresse mes salutations les meilleures.

  5. Gaston Lagaffe dit :

    Si nous avions encore besoin d’une preuve supplémentaire que plus une personne est instruite et cultivée et plus elle se distance des « idées » UDC!

  6. Ping : De l'indoctrination politique à l'école - Les Observateurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s