L’arme ultime des anti-UDC

La campagne au sujet de l’initiative contre l’immigration de masse bat son plein. Les opposants à ce texte de l’UDC sont regroupés en trois blocs: les partis politiques (de la gauche dure au centre-droit), les lobbies économiques (pour l’occasion alliés aux socialistes!) et la majorité des médias.

Cette triple alliance éphémère jouit d’une force de frappe impressionnante: l’une des campagnes les plus chères de l’histoire, une omniprésence dans les médias ou encore un soutien inhabituel de la part de nombreux gouvernements cantonaux ainsi que de trois Conseillers fédéraux.

Cependant, il serait dommage d’oublier l’arme ultime de cette Union sacrée. Vous l’avez deviné, je parle des tagueurs.
Auto-invités dans toutes les campagnes, les voilà particulièrement actifs cette fois-ci, à tel point qu’il devient par endroit difficile de trouver une affiche UDC encore immaculée.

Ci-dessous, vous trouverez certaines de leurs meilleures oeuvres d’art.

Capture d’écran 2014-01-10 à 16.45.421 – le classique 

« mort aux fachos »

La première règle de l’opposant à l’UDC est bien simple: ne jamais oublier une comparaison avec les années les plus sombres de notre histoire. En effet, dans la tête du révolutionnaire qui a osé écrire cela, le combat électoral ne se mène plus contre une initiative populaire ou un quelconque projet, mais contre le fascisme. Plus besoin de discussion donc, puisque l’ennemi en face n’est autre que la bête immonde. On peut même souhaiter sa mort étant donné que c’est lui… l’extrémiste.

Capture d’écran 2014-01-10 à 16.53.192 – la balle dans le pied 

Parfois, deux tagueurs tentent de travailler en binôme. Preuve en est ce magnifique exemple, où deux artistes se sont succédés.

– « On à construit vos villes et c’est nous qui les entretenons »
– « Les villes suisses sont moches et mal construites »

Le premier des deux voulait faire valoir un argument de campagne. En effet, croyant que l’initiative UDC empêcherait les étrangers de venir travailler en Suisse, il insiste sur le fait que les autochtones ont besoin d’immigrés (ce que personne ne nie et qui n’est pas remis en cause par l’initiative).
Son collègue, cependant, semblait trouver ce message un peu trop complaisant, manquant d’accroche. Il rajoute alors, pensant insulter la Suisse, que nos villes sont « moches » et « mal construites ».

Si ces propos n’engagent que lui, il n’en demeure pas moins que c’est ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied.

Capture d’écran 2014-01-10 à 17.00.413 – l’inculte

Toujours dans l’optique de ramener le public à se projeter dans les années 1930, un petit groupe semble avoir agi de manière organisée. En effet, des croix gammées ont été faites sur la plupart des affiches qui font face à la gare de Berne.

Enfin… presque. N’étant pas dessinées dans le bon sens, on peut s’imaginer que les artistes voulaient vraisemblablement dessiner le symbole de l’éternité, tel qu’on le trouve représenté dans certaines contrées exotiques. Veulent-ils dire que si la Suisse a vécu 700 ans sans libre circulation, elle peut continuer ainsi encore un moment?

Capture d’écran 2014-01-11 à 20.19.164 – l’argument de qualité

Il y a aussi des rigolos qui pensent qu’insulter les électeurs est le meilleur moyen de s’attirer leur sympathie. Preuve en est cette belle mention:

« Sale Suisse de merde »

En réalité, il doit s’agir là d’un argument de plus contre l’immigration de masse: la Suisse est un mauvais pays, ne venez pas! Peut-être son auteur votera-il oui…

Capture d’écran 2014-01-10 à 17.11.525 – la signature

Il faut croire que certains des militants qui s’acharnent sur les affiches, expression du débat politique, ne supportent pas de rester inconnus. Peut-être veulent-ils laisser une trace de leur passage. C’est l’impression que l’on a quand on passe à Berne, où l’on peut retrouver le sigle « Juso » sur certaines affiches. Il s’agit là du nom abrégé que se donnent les « Jeunes socialistes ».

Evidemment, rien ne garantit que c’est l’un de leurs membres qui s’est attaqué aux affiches UDC. Mais ce n’est pas sans nous rappeler d’anciennes histoires, lorsque des candidats de ce mouvements avaient été interpelés entrain de détériorer des affiches à la chaîne.

Tout reste possible

Malgré cette mobilisation de tous les dangers, il est encore possible de croire en la victoire. Tous unis pour la prospérité de notre pays, qui bénéficiera tant aux étrangers qu’aux nationaux, et tant aux citoyens honnêtes qu’on tagueurs, votons OUI le 9 février 2014 à l’initiative de l’UDC contre l’immigration de masse.

Publicités

A propos Yohan Ziehli

Président JUDC Vaud, Conseiller communal à La Tour-de-Peilz
Cet article, publié dans Suisse, Votations, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’arme ultime des anti-UDC

  1. Brigitte dit :

    Si nos villes sont si moches, ils peuvent toujours déménager et aller franchir les frontières et s’installer ailleurs, cela fera de place pour les autres.

  2. Laurent miller dit :

    J’ai publié ,
    Je travaille en valais pour un patron UDC
    Il emploie 110 personnes et nous sommes 7 Suisses .
    Il doit avoir un sérieux cas de conscience en glissant son bulletin pour cette votation .
    S’il doit avoir moins de contingent … Il devra réduire la voilure .
    Cela me parait inconcevable …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s